Mon mandat de député de la cinquième circonscription de Maine-et-Loire a débuté il y a maintenant trois ans. Aujourd’hui, au cœur d’une crise qui vient bouleverser profondément notre société et nos priorités, il me semble important de revenir sur un certain nombre d’actions et de sujets qui ont marqué le début de mon mandat. Le renouvellement de la confiance des citoyens du Choletais et des Mauges m’est primordial pour que nous poursuivons les travaux qui ont été initiés : ensemble, nous avons encore tant à construire.

Mi-mandat

Trois ans aux côtés des acteurs du territoires : associations, élus, agriculteurs, entreprises…

Des échanges de confiance pour porter vos voix à l’Assemblée nationale.

Éthique et probité

L’une de mes premières actions en qualité de député a été de voter en faveur de la loi pour la confiance dans la vie politique. Celle-ci vise à garantir une plus grande transparence sur la gestion du mandat des parlementaires (frais, collaborateurs…) et à en assurer la probité. Je crois profondément au devoir d’exemplarité des élus, c’est pourquoi je suis fier d’avoir contribué à l’adoption d’une loi venue assainir les pratiques politiques.

Avec le territoire, sur le territoire

En tant que député de la majorité présidentielle, je m’attache à expliquer la politique du gouvernement tout en veillant à ce qu’elle réponde aux attentes du quotidien des habitants de notre territoire. Je m’emploie ainsi à rencontrer tous les acteurs du dynamisme de notre territoire : associations, entreprises, agriculteurs, élus…

Parmi ces rencontres, celles avec les jeunes citoyens me tiennent particulièrement à coeur. Car être élu engage à rendre compte aux citoyens et à s’inspirer des réalités du terrain. Un député ne doit pas être un élu « hors sol ». Ma permanence est ouverte à tous : je m’attache à vous présenter les mesures mises en œuvre par le gouvernement et à échanger à ce propos. Présent sur le territoire, je suis un député enraciné.

Aux côtés des agriculteurs

Les agriculteurs sont nombreux sur notre territoire. Exploitants, syndicats, organisations professionnelles : je m’applique à les rencontrer afin d’écouter et de prendre en compte leurs préoccupations, leurs attentes et leurs propositions, pour ensuite les défendre au niveau national. Qu’il s’agisse du CETA ou encore des législations sur l’alimentation et l’équilibre des relations commerciales, ma priorité : défendre les agriculteurs et les consommateurs.

La situation des agriculteurs est régulièrement mise en lumière par différents projets de loi que nous examinons à l’Assemblée nationale. Parmi les nombreuses mesures prises en leur faveur : la suppression de cinq taxes agricoles à faible rendement, ou encore l’inversion de la construction du prix payé aux agriculteurs en prenant en compte les coûts de production

Aux côtés des entreprises et des industries

Les entreprises sont actrices du dynamisme de nos territoires, en favorisant l’accès à l’emploi et en contribuant à l’attractivité de notre pays : en accompagner le développement est une des missions auxquelles je m’emploie activement.

Le Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises (PACTE) vise à faire grandir nos entreprises pour leur permettre d’innover, d’exporter et de créer des emplois, ainsi qu’à repenser la place des entreprises dans la société et mieux associer les salariés à leurs résultats.

J’ai organisé plusieurs consultations sur le territoire au sujet de la loi PACTE afin de présenter les mesures prévues par le projet de loi aux partenaires sociaux et de comprendre la façon dont ils les perçoivent. De ces échanges, des propositions fortes ont été retenues pour en faire des amendements venus enrichir le projet de loi : ces propositions représentent la position des acteurs de terrain, la réalité des entrepreneurs et des salariés choletais. J’ai par la suite accueilli à Cholet Delphine Gény-Stephann, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, pour échanger avec les forces vives du territoire sur la mise en œuvre de la loi PACTE.

Aujourd’hui membre du groupe de réflexion pour la préparation du projet de loi « Pacte Productif », je veille à défendre les principaux axes de développement que savent allier les entreprises innovantes de nos territoires : parité, compétitivité, savoir-faire et environnement.

Notre territoire est l’un des plus dynamiques de France. Le taux de chômage est faible, notamment grâce au tissu industriel varié d’entreprises de toutes tailles, qui se développent et misent sur le « Made in France ». C’est ainsi que le Choletais et les Mauges ont été sélectionnés pour participer à la stratégie de reconquête industrielle mise en œuvre par le Gouvernement : ils forment l’un des 148 territoires d’industrie qui bénéficieront de plus d’un milliard € de financements prioritaires.

Aux côtés de nos ainés et de leurs accompagnants

L’accompagnement de nos ainés est un enjeu primordial dont l’organisation doit être transformée en profondeur. Un vaste projet de loi lui sera dédié en 2021, c’est pourquoi je continue d’échanger avec les parties prenantes de ce secteur : ensemble, nous pourrons construire des propositions qui viendront enrichir cette loi.   

C’est d’ailleurs dans ce cadre que j’avais invité Audrey Dufeu Schubert, députée référente du Grand Âge, à visiter l’EHPAD Tharreau de Cholet pour en rencontrer le personnel et les résidents, puis à échanger sur ce sujet avec les citoyens de la circonscription lors d’une réunion publique.

Plus récemment, c’est pour échanger sur la gestion de la crise du COVID-19 que j’ai rencontré les directeurs d’EHPAD de la circonscription.

Aux côtés des soignants et des structures de santé

Au plus fort du combat mené contre le COVID-19, les premiers sur le front ont été les hommes et les femmes qui font la force de l’hôpital français. Sur le territoire, le centre hospitalier de Cholet a accueilli des malades graves venus de régions en tension. Les membres du personnel soignant ont toujours honoré leur mission, parfois même au détriment de leur propre santé et de leur vie de famille. Ils se sont particulièrement impliqués dans la solidarité interrégionale, soulageant ainsi des confrères extrêmement exposés ailleurs en France.

C’est pourquoi j’ai sollicité le ministère pour que les soignants du centre hospitalier de Cholet puissent bénéficier de la prime de 1500€ annoncée par le Gouvernement. Plus généralement, je tiens à rencontrer ces professionnels pour recueillir leurs remontées, et les partager ensuite avec mes collègues et le Gouvernement. Mes échanges avec ces acteurs me permettent de donner au territoire toute la place qui lui est due dans les projets et réflexions du Gouvernement, tels que le Ségur de la Santé.

Aux côtés des personnes en situation de handicap

Le handicap touche chacun d’entre nous, c’est pourquoi La présence sur le territoire d’acteurs engagés dans le parcours de vie d’une personne en situation de handicap et de son entourage est une grande chance pour ses habitants. Je m’emploie donc à mettre en avant les initiatives des associations et des entreprises au niveau local comme national, de la confection des mouchoirs de Cholet par l’ESAT Adapei 49 à l’accompagnement de la pratique du jeu vidéo pour tous par l’association CapGame.

Souveraineté française et européenne

La France continue d’enthousiasmer un grand nombre d’investisseurs étrangers. Soutenir notre attractivité sans renoncer à notre propre souveraineté est un enjeu majeur pour notre pays. Cela signifie entre autres de ne pas accepter un dictat des géants du numérique sur notre sol, enjeu que j’ai défendu lorsque j’étais rapporteur pour avis du projet de loi sur la taxe des GAFAM.

La crise du COVID-19 a plus que jamais révélé le besoin de construire pour demain une souveraineté tant européenne que française. J’ai ainsi travaillé avec plusieurs de mes collègues sur la conception de propositions stratégiques , qui visent à accompagner en ce sens le développement de secteurs clés tels que l’alimentation, la santé ou encore le numérique.

J’ai plus récemment sensibilisé à la question de la souveraineté mes collègues députés et les membres du Gouvernement en leur envoyant plus de 1200 masques fabriqués dans la circonscription. Je suis attaché au made in France et je souhaite que nos productions deviennent incontournables dans notre pays comme à l’étranger.

Responsabilisation environnementale

Citoyens, professionnels, élus : chacun a un rôle à jouer dans l’amélioration de notre qualité de vie. C’est en sensibilisant, en éduquant ou encore en fabriquant la loi que nous ferons évoluer nos modes de consommation et de production pour mieux préserver l’environnement. Mais si les citoyens doivent s’impliquer sérieusement dans ces changements, il est d’autant plus urgent que les professionnels montrent l’exemple : c’est en ce sens par exemple que nous avons voté l’interdiction de la destruction des invendus non-alimentaires, ou encore la création d’un forfait mobilité durable (vélo, covoiturage) pour les salariés.

C’est notamment grâce à la forte mobilisation des associations que nous en sommes arrivés là, et même individuellement, chaque citoyen peut lui aussi mettre en lumière des besoins. Les habitants de la circonscription sont de véritables ressources d’idée, c’est pourquoi j’ai voulu les intégrer à un atelier citoyen que j’ai organisé à l’occasion de la loi anti-gaspillage. Ensemble, nous avons formulé des propositions qui sont venues enrichir le travail législatif sur le sujet.  

Et encore d’autres actions avec les députés de la République en Marche

Les problématiques du quotidien reflètent souvent des enjeux nationaux qu’un député se doit de porter à l’Assemblée nationale.
Je partage donc mon travail entre l’Assemblée et la circonscription.
Nous avons augmenté le pouvoir d'achat des français
  • Suppression de la taxe d’habitation (+780€/an)
  • Diminution de l’impôt sur le revenu pour 17M de personnes
  • Suppression des cotisations salariales d’assurance maladie et chômage (+270€/an)
Nous avons engagé le pays dans une écologie de résultat
  • Fin de vente des véhicules thermiques en 2040
  • Interdiction progressive des plastiques à usage unique
  • Interdiction de destruction des invendus non alimentaires
  • Forfait mobilité durable (vélo, convoiturage, etc) de 400€/an pour les salariés
  • Indice de durabilité contre l’obsolescence programmée
Nous avons investi dans l'égalité des chances à l'école
  • 12 élèves par classe en CP et CEI dans les zones REP et REP+ (300 000 élèves concernés)
  • Abaissement de l’âge de l’âge de l’instruction obligatoire de 6 à 3 ans
  • Petit-déjeuner gratuit et cantine à 1€
Nous avons protégé les plus fragiles
  • Reste à charge zéro sur les lunettes prothèses auditives et dentaires
  • Agmentation de (+1000€/an) et élargissement de la prime d’activité (+1,2M de foyers)
  • Hausse des minima sociaux : RSA à 560€, minimum de vieillesse et AAH à 900€
Nous avons lutté contre les discriminations et les violences faites aux femmes
  • Délit d’outrage sexiste pour lutter contre le harcèlement de rue
  • Index de l’égalité femme-homme dans les entreprises pour mesurer et dénoncer les inégalités de sexe
  • Loi contre les violences conjugales pour mettre fin au fléau des féminicides
Nous avons fait front, unis, pour faire face à une crise sanitaire mondiale et inédite par son ampleur
  • La stratégie de confinement a permis de maîtriser la diffusion de l’épidémie et à notre système de santé de prendre en charge tous les malades
  • Nous avons déployé rapidement des dispositifs d’accompagnement pour les personnels soignants (garde d’enfants)
  • Dans le respect des libertés fondamentales, le développement de l’application Stop Covid permet de protéger et de protéger les autresface à l’épidémie en cassant les chaînes de transmission.
Nous avons engagé près de 500 Mrds€ d’euros pour soutenir notre économie et protéger les emplois des Français
  • Nous avons protégé directement l’emploi grâce à un dispositif de chômage partiel unique au monde (31Mrds€) qui a permis à plus de 13 millions de Français de conserver leurs salaires
  • Nous avons mis en place des prêts garantis par l’État pour soutenir la trésorerie des entreprises et la reprise d’activité (300Mrds€)
  • Mesures d’allègement et de report de charges fiscales et sociales à hauteur de 6,1Mrds(0,5% du PIB)
Nous avons engagé des mesures de soutien sectorielles à hauteur de 43,5 Mrds€ pour sauvegarder notre tissu industriel et accélérer la transition écologique
  • Un grand plan de soutien au secteur touristique a été engagé pour sauver les entreprises et les emplois d’un secteur fortement touché par le confinement et les mesures barrières
    • Maintien du dispositif d’activité partielle jusqu’à la fin 2020
    • Exonération de cotisations sociales pour les TPE et PME
  • Un plan de soutien à la filière automobile a été présenté pour soutenir la relance, protéger notre tissu industriel de PME/TPE et accélérer la transition écologique du secteur.
    • Augmentation du bonus écologique à 5000€ et de la prime à la conversion à 3000€
    • Création du fonds d’avenir de 1Mrds€ pour produire les véhicules de demain.
  • Nous engageons un vaste plan de soutien à l’aéronautique pour accompagner la transformation de la filière et produire les appareils de demain.
    • 800M€ d’investissements directs sous la forme de capital et de subventions
    • 5Mrds€ pour soutenir la R&D.
Nous avons créé de nouvelles solidarités pour protéger les populations les plus vulnérables en période de crise, en particulier les jeunes et les femmes
  • Versement d’une aide exceptionnelle de solidarité de 150€ à 4,1 millions de foyers
  • Déploiement de mesures d’urgence pour loger les sansabris (plus de 7600 places d’hôtel; supplémentaires) pour un budget de 50M€
  • Versement d’une aide de 200€ à 800000 étudiants et jeunes précaires de moins de 25 ans
  • Création d’une plateforme de logements pour l’éviction des auteurs de violences conjugales pour mettre fin aux cohabitations dangereuses et la possibilité de signaler les abus en pharmacie

Ne ratez rien de mon actualité

Merci pour votre inscription et à bientôt !